• +33 4 75 37 75 08
  • balazuc.mairie@orange.fr

Histoire et Patrimoine

Histoire et Patrimoine

Monuments / Lieux remarquables

La nouvelle Eglise – Devenue nécessaire quand le pont a permis aux fidèles de la rive droite de l’Ardèche de venir aux offices, rendant l’église romane trop petite, elle fut consacrée en 1896.

Le sarcophage paléochrétien  - Ce vestige exceptionnel a été mis au jour  au XVIe siècle lors d’un labour aux Salles, à deux kilomètres en amont du village. En marbre blanc, la richesse de ses bas-reliefs en fait la sépulture d’un dignitaire laïc ou religieux. Issu des ateliers d’Arles, entre 375 et 425, l’original est au musée gallo-romain de Lyon ; on a ici une copie.

La Tour Carrée – Construite au XIIIe siècle au sommet du village, elle est accessible aujourd’hui directement car la portion de rempart qui lui faisait face a été abattue au XVIIIe siècle pour créer une nouvelle entrée dans le village, le Portalas. L’entrée actuelle de la tour a été percée au XIXe siècle. C’est aujourd’hui le point Info.

Le Château – Simple donjon rectangulaire construit au XIe siècle sur le rocher et adossé au premier rempart du village, il a été agrandi aux XIIe et XIIIe siècles et remanié au XVe siècle. C’était la demeure des seigneurs de Balazuc qui régnaient sur tout le Bas-Vivarais. Sur le rempart, à côté du château, on distingue la poterne, issue de secours des habitants qui, en cas de siège, se laissaient glisser le long de la falaise. Le quartier se nomme encore «la Pousterle». Le Château est aujourd’hui une maison d’hôtes, il ne se visite pas.

La trouée de la fachinière – La fachinière était une sorcière qui jetait des sorts (des fachines). Selon une légende, la fachinière habitait dans la grotte qui s’ouvre sur la rue principale. Cette dernière n’a été percée qu’à la fin du XIXe siècle. On distingue encore les marques des barres à mine utilisées pour faire sauter le rocher.

L’Eglise romane – Eglise à deux nefs : la première, du XIe siècle, a une voûte en berceau ; la seconde du XIIIe siècle fut voûtée d’arête au XVIIIe siècle. L’église, inscrite à l’inventaire des monuments historiques, est désacralisée et sert pour des expositions ou des concerts. La couverture de son clocher, sur lequel on peut monter, a aujourd’hui disparu. L’église donne sur la rue publique qui traverse le village du nord au sud. C’était la rue principale jusqu’à la fin du XIXe siècle ; la place de l’Eglise romane fut ainsi, pendant longtemps, la  place principale du village.

La Porte de la Sablière – Sur le chemin vers la rivière et le gué, c’est la porte la mieux conservée avec, de part et d’autre, de larges morceaux du rempart. On distingue les encoches et les trous dans lesquels se coinçaient les madriers qui maintenaient les battants fermés.

Le pont – Construit en 1884 pour remplacer le bac longtemps utilisé. En 1890, une crue de l’Ardèche le recouvrit complètement, l’eau passant à 30 cm au-dessus de la chaussée… Sa présence entraîna, en 1887, le percement de la Grand rue Pons de Balazuc, qui porte le nom du célèbre personnage qui participa à la Première croisade et fut tué en 1099 sous les murs d’Arcos (aujourd’hui Tripoli au Liban), juste avant le siège de Jérusalem.

La Tour et le Portail d’été – C’est l’entrée sud du village  (d’où le nom de Portail d’été). On distingue encore dans la muraille le canal de fuite dans lequel on glissait une longue pièce de bois, l’épar, lorsque la porte était ouverte et qui, la nuit venue, fermait les battants. Non loin, la  seule tour ronde de Balazuc défendait l’angle du rempart.

La chapelle Saint-Jean-Baptiste – A l’extérieur du rempart, cette chapelle funéraire date du XIIIe siècle. Au-dessus de la porte, un écusson, malheureusement très abîmé, représente un épervier : en 1300, le sire de Balazuc se nommait Guillaume des Eperviers. Cette chapelle était déjà en ruine au XVIIIe siècle…

La Tour de la Reine Jeanne – Poste de guet construit au Moyen Âge pour surveiller  la route vers Uzer à travers les Gras. Son nom marquerait la renommée, à la fin du XVIe siècle, de Jeanne de Balazuc, femme de très forte personnalité, dont le souvenir a marqué longtemps les esprits dans tout le Bas-Vivarais. Cette tour, récemment restaurée, est privée et ne se visite pas.

Le Muséum de L’Ardèche – Au sud du village, en contrebas de l’école, ce musée de 350m2 retrace l’histoire de l’Ardèche au cours des temps géologiques.  Plus de 500 millions d’années d’histoire sont contées au travers d’une collection de fossiles unique au monde, d’une exceptionnelle rareté et beauté. Un voyage à travers le temps à la découverte de la flore des forêts du Carbonifère, de la remarquable faune des profondeurs jurassiques, des formations volcaniques du Coiron jusqu’à notre ancêtre l’homme de Néandertal.